menu x
menu x

Espace presse

On parle de nous

L’Indicateur – Et si Cupidon se cachait en Flandre ?

04 mai 2016 – L’Indicateur des Flandres

Floriane Batot est, depuis janvier 2015, la fondatrice de l’association A nous 2. Elle a un objectif : recréer du lien social et lutter contre la solitude des célibataires. Parcours

 

À 26 ans, Floriane Batot, jeune Flêtroise, s’est lancé dans une aventure quelque peu atypique : celle de jouer les entremetteuses entre deux personnes seules en créant, cette année, l’association A nous 2. Et pourtant, la jeune femme n’y était pas prédestinée. Quoique…

La fibre sociale en soi

Floriane est une jeune diplômée en commerce international qui, une fois sortie de l’école, a suivi l’horizon qui se profilait devant elle. « Lorsque j’ai obtenu mon master, j’ai travaillé pendant un an en tant qu’acheteuse (en Métropole lilloise). Ça m’a beaucoup plu. » Jusqu’à ce que la foudre s’abatte sur elle et l’amène jusqu’en Flandre… « Je suis tombée amoureuse d’un Flamand, j’ai tout quitté et je suis arrivée en Flandre (à Flêtre) en 2014. » Là, la jeune femme enchaîne les contrats à la brasserie de Saint-Sylvestre ou encore chez Amalgame, une agence de communication. « Sans le vouloir, je me suis spécialisée dans la communication », précise-t-elle. Et a réveillé ses premières amours… « Lorsque j’étais en 3e et qu’on nous demandait nos perspectives professionnelles, je me tournais plutôt vers le métier d’éducateur spécialisé car j’ai une fibre sociale. »

C’est alors qu’à la fin de l’été dernier, quand prend fin son contrat chez Amalgame, Floriane a un déclic : « Au regard du peu d’offres, il fallait que je fasse quelque chose. » Elle se tourne donc vers la création d’entreprise et « après une annonce d’agence matrimoniale sur Internet » choisit de se consacrer à ce qu’elle aime : l’humain et le lien social. « Dans ma famille, j’ai été plusieurs fois témoins de séparations et j’ai observé que ça pouvait être difficile de remonter la pente, de retrouver l’amour. » Et ce, malgré les nombreux sites de rencontres. « Quand on voit tout ce qu’il y a sur la toile et qu’on observe le nombre de célibataires, le constat est le même : la solitude n’a jamais été aussi difficile à combler. »

À l’écoute et empathique, Floriane a alors décidé de se lancer avec un objectif en tête : « Accompagner les gens, les aider à y voir plus clair et recréer du lien social en mettant l’humain au cœur de la rencontre afin de lutter contre la solitude. » Un atout par rapport aux sites de rencontres, amicales ou amoureuses, face auxquels nous sommes seules. « Mon avantage par rapport à Internet ? Je joue sur la proximité (Le but de Floriane est de se faire rencontrer des personnes du territoire, ndlr) et la sécurité : je rencontre chaque personne physiquement pour à l’encontre des faux profils édités sur le web, et des arnaques. »

Ainsi les personnes peuvent être rassurées et avoir confiance. Floriane Batot deviendra-t-elle le partenaire de vos rencontres en Flandre ?

L’adhésion à l’association est gratuite jusqu’au début de l’été. Par la suite, une cotisation sera demandée, et sera plus élevée en fonction du nombre d’adhérents, afin de couvrir les frais d’organisation de soirées, par exemple.

Un premier événement est organisé le 14 mai à la Dream Team à Wormhout.

Source : http://www.lindicateurdesflandres.fr/a-la-une/insolite-et-si-cupidon-se-cachait-en-flandre-ia670b0n168880